La désorganisation des transports dans Lima et ses problèmes

Dans un article précédent, je vous parlais du transport en combi dans Lima. Mais les conditions de transport ne sont pas toujours idéales, loin de là. C’est un sujet de polémique politique: la municipalité de Lima et le gouvernement péruvien préfèrent en effet conserver ce désordre total plutôt que de  construire un véritable réseau de transports afin de faire des économies budgétaires. C’est l’application pure et simple par le gouvernement de l’expression « diviser pour mieux régner ».

Mais cette concurrence acharnée entre les combis (plusieurs combis font la course sur un même trajet car ce sont des entreprises différentes) nuit surtout aux passagers. En effet, les cobradors, personnes qui font monter et payer les usagers, n’hésitent pas à jeter (plus ou moins littéralement) les passagers dehors si ce sont des universitaires (moitié prix pour les scolaires et étudiants), le conducteur change de trajet en cours de route (alors que le cobrador a crié un autre trajet), j’en passe et des meilleures.

L’article – qui suit, en espagnol – est écrit par un passager de combi qui relate son expérience.

“Al fondo entran 4, acomódense, acomódense”

[Il rentre 4 personnes au fond, arrangez-vous, arrangez-vous]

El viajar en una combi a Lima o viceversa es una odisea, debido a que, dicho medio de transporte, circula como si estuviera en tierra nadie. Es decir transgreden o le sacan la vuelta a toda norma o reglamento del transporte, muchas veces con el aval del policía de transito. Las combis de Villa El Salvador (VES) que circulan por la ruta “A” no respetan su paradero inicial y final (inician y terminan su recorrido donde les venga en gana), no cobran medio pasaje, a los gorditos no les dejan subir (dicen por que ocupan doble espacio) y menos a los escolares, llevan pasajeros fuera de su capacidad, maniobran zigzagueando, bien para ganar pasajeros, o para esquivar los baches y/o huecos de la pista o para evadir las batidas, etc. Lo que sucede con las combis es emblemático, es la caricatura de nuestra sociedad, donde rige la ley del más fuerte, la competencia desleal, el que nunca se piensa en los demás; y donde la ley, en muchos casos, es un burdo papel sin valor. Todo esto lo hace para maximizar sus ganancias a costa de cualquier cosa, como lo hacen las empresas mineras, que no respeta los derechos laborales del trabajador, a la vez que contamina el medio ambiente, saquea nuestros recursos naturales, gracias al modelo económico neoliberal que viene promoviendo el gobierno de Alan García.
Con el fin de llegar a la 1era. cuadra de México (Lima), salgo de mi casa a las 7.30 a.m. para poder embarcarme en los minitransportes, lo único que hay por la Ruta “A,”. y llegar a mi destino. Al llegar al paradero, escucho al cobrador: ¡Todo México, todo México! ¡No para en puente primavera!, ¡No hay medio, no hay medio ( medio pasaje)! Con esa advertencia subo a la combi, y ante la insistencia del cobrador que grita al ¡fondo hay sitio, avancen, avancen!, tengo que buscar un lugarcito; el largo viaje lo hago parado y apretujado. Si tengo suerte no voy agachado, la mayoría de las combis no tienen sus techos altos.
En el recorrido, el chofer, si no viene conversando con una chica y/o amigo, prende su radio a todo volumen que remece los tímpanos del viajero, y si algún vecino le dice que baje el volumen, el conductor lo ignora o bien lo invita a bajarse del vehiculo de una manera grosera. Por ese temor los usuarios tenemos que soportar, en silencio, a lo largo del viaje, la música estruendosa y chillona.
En el trayecto, se encuentra los “Dateros” que son los que brindan información al chofer, sobre su más cercano competidor, sobre el número de pasajeros, tiempo y la ubicación de los policías de transito y posibles batidas, a cambio de la información reciben S/.10 ctv. Es una manera ingeniosa del pueblo, como otros trabajos, para aliviarse del hambre, de crearse un ingreso, informalmente, ante la incompetencia del Estado de generar un empleo digno, a pesar que el Perú cuenta con ingentes recursos naturales, que el gobierno aprista no lo quiere industrializar por favorecer a las empresas transnacionales, que solamente le interesa nuestros productos en materia prima. Industrializando nuestros recursos naturales se crearía cientos de miles de empleo
Si hay un operativo policial por delante, como el conductor no esta en regla con sus documento, el chofer nos obliga a bajar del vehiculo para darse la media vuelta, devolviéndonos parte del pasaje, pues nos cobran por el trayecto recorrido. En ese aspecto, el dueño del vehiculo no pierde, mientras los usuarios tenemos que perder de 15 a 30 minutos para embarcarnos en otro vehiculo, llegando tarde a nuestro centro de labor. Otra manera que los choferes dan solución, la falta de algún documento, es haciendo un arreglo extra oficial con los policías de transito, muchos de ellos se prestan a la corrupción, como en muchas instituciones del país, ejemplos sobran.
Por otro lado, por ganarse a los pasajeros, las combis compiten entre ellos. Es por eso, los choferes, siempre, están contra el tiempo, cuando el pasajero quiere bajarse en un paradero, los cobradores les manifiesta:¡Pie derecho, pie derecho!, que significa: el carro no va parar, asi que bájate a la volada y pon el pie derecho para que no te caigas; por esa causa hay muchos accidentes. De la misma manera es para subir, se tiene que hacer a la volada, es decir, subir cuando el carro esta en marcha. El chofer tiene que llenar la combi, de pasajeros, en menor tiempo posible. En economía, eso, se llama productividad. El pasajero, en la combi, es una « mercancía ».
Por fin llego a mi destino, felizmente vivo y sin ningún rasguño, después de pasar muchas peripecias, para iniciar mis labores cotidianas, que terminan iniciándose la noche, 7 p.m. A esa hora empieza el retorno a mi domicilio, como es hora punta las combis a VES, que vienen de México, van repleto de pasajeros imposibilitándome subir a uno de ellos. Eso me obliga a cambiar de estrategia, tengo que tomar una combi, donde pago una “chinita”, para que me lleve al paradero “Puente Nuevo”, ubicado por la “Via de Evitamiento”. El recorrido lo hago por la Av. Riva Güero (El Agustino).
Llegando al paradero, inicia de nuevo mi calvario. En mi reloj ya son las 7.30 p.m., los cobradores de la combis de VES, que vienen de la UNI, llaman a los pasajeros: ¡Puente de Alipio, Puente Alipio!. El Puente Alipio cruza la Panamericana Sur (San Juan de Miraflores). Lo extraño en esto, es que la mayoría de las combis que deberían ir a Villa El Salvador hacen su recorrido hasta el Puente Alipio, para de allí, recién, ir a VES, pero con otros pasajeros, y con ello se benefician los choferes. Son contados los vehículos que van directo a Villa El Salvador, gracias a ello puedo llegar a mi casa. Los usuarios de dichas combis nos sentimos impotentes por el maltrato que recibimos, todos los días, por la mayoría de los transportistas, pareciera que tuvieran “inmunidad parlamentaria”
Por lo manifestado, no existe control, ni vigilancia, por parte de las autoridades municipalidad de Lima y de VES para que respeten las combis su ruta. La municipalidad solamente ve al vecino como un “contribuyente”, que debe pagar sus tributos puntualmente, no interesándole como persona, como viaja el “contribuyente” en las combis. Existe una insensibilidad desgarradora. En ese sentido, llamo a la reflexión al Sr. Castañeda Lossio , alcalde de Lima, y al Sr. Jaime Zea, alcalde de Villa El Salvador, para que imponga su autoridad sobre las combis. No se puede aceptar que los chóferes hagan lo que les venga en gana con el pasajero. Somos seres humanos que merecemos respeto.

Walter Montañez Vargas: www.delvecino.blogspot.com

Publicités

Le Tracteur de la périphérie…

Après plusieurs semaines d’inactivité, voilà un petit article sur….

LES TRACTEURS

Vous savez, la baisse tendancielle du taux de profit est inéluctable. Mais l’expansion de la surface du capitalisme permet temporairement de résoudre ce problème.

Plus sérieusement ce qui est frappant en Inde, c’est la sensation de revoir des choses oubliées. Par exemple les tracteurs. Oui les tracteurs.

Demandez à vos parents, ou grands parents, selon le lecteur (ou la lectrice) que vous êtes, quels sont les tracteurs qui ont marqué leur enfance. Ils vous répondront le « Petit gris Massey et Fergusson » images

Le fondateur de cette firme mythique de tracteurs a été l’inventeur du système fergusson (ca ne s’invente pas) et qui a révolutionné la production agricole (système de liaison  qui permet une adéquation plus grande entre le tracteur et l’outils, comme la charrue).

En Inde, un des producteurs automobiles les plus important est Mahindra. Cette société indienne est possédé à 49% par Renault. On voit donc les concessionnaires afficher un losange à coté du logo de forme M bizaroide rouge fluo de la marque indienne. Mahindra construit principalement des sortes de 4X4 mais aussi des tracteurs et du matériel agricole.

Nous nous baladions avec mes parents à Jaipur lorsque nous sommes tombés sur un concessionnaire Renault-Mahindra…qui vendait des tracteurs Massey-Fergusson. On en arrive au point central de cette histoire…

La gamme en vitrine était principalement composée de ces fameux MF35 (les successeurs des TEF20, les petits gris) dont je vous ai parlé plus haut. Mais des MF35 rutilants, neufs, beaux, forts, bref, tout droit sortis de l’usine (probablement celle de Jaipur). Il est alors possible d’imaginer que les plans, pièces et moules utilisés en Europe il y a près de 60 ans, caduques pour l’agriculture modernisée, mécanisée et technologiquement très avancée des pays occidentaux, soient réutilisés dans les « périphéries » du système-monde comme le dirait  Wallerstein, afin de rentabiliser ce capital au maximum, jusqu’à sa fin de vie complète.

Le raisonnement est identique pour de nombreux véhicules: les anciens trafics renault des dernières décennies sont maintenant des trafics tata par exemple.

J’attends donc le voyage d’une de mes soeurs en Inde dans une dizaines d’années et qu’elles nous disent « j’ai revu une megane des années 2000, celle qu’on avait quand Alex était étudiant ! »

Le ladakh…Entre ciel et terre

Le Ladakh est une région de haute montagne de l’Etat du Jammu et Cachemire (altitude moyenne supérieure à 5000 m).

Nous y sommes partis en trek pendant quelques jours. C’est une région superbe, à tradition boudhiste et dont la population se rapproche des populations sino-tibetiques, bien loin de l’hindouisme des plaines. Ici je vous propose un petit aperçu photo avant une série d’articles sur :

1) Le bouddhisme et un semblant d’essai sur la question du Tibet (ca risque d’être drôle :))

2) Un article sur le Ladakh comme région stratégique majeure

3) La suite de la série sur les infrastructures indiennes avec une réflexion sur les aéroports et les routes de hautes montagnes suite à nos périples que je vous conterai bientôt.

Chouette!

Les transports dans Lima

Fermez les yeux. 

Oubliez. Oubliez le métro dans lequel on annonce le temps d’attente. Oubliez les bus RATP spacieux et aérés. Oubliez les taxis G7. Oubliez tram, scooter, voitures neuves et Vélib’. Oubliez les panneaux de circulation. Oubliez le code de la route. Oubliez l’interdiction de klaxonner près des hôpitaux. Oubliez la priorité piétons. Oubliez vos habitudes de piéton, conducteur, vélibeur. Oubliez métro-boulot-dodo. Oubliez tout.

Vide.

Vous êtes désormais prêts à imaginer les larges avenues qui transpercent la capitale péruvienne. Imaginez des nids d’autruche piétinés par un troupeau de pachydermes. Imaginez des rues quasiment sans passages piétons. Le tout avec un minimum de feux de signalisation (privilège des grands axes). La place de l’Étoile est un défilé militaire à côté des rues liméniennes.

Accélération.

Imaginez 8 millions de personnes qui se déplacent en voiture, en taxi, en moto-taxi (pousse-pousse motorisés), et en combi (ou micro ou scoter). Un unique policier dans sa case Inka Cola à quelques intersections pour réguler tout ce joyeux bazar. Cela donne à peu près ça:

[Klaxon strident]+[crissements de pneus]+[bruits de moteur]+ sifflets + « todo bolivar, arequipa, todo arequipa, larcomar, larcomar » x5 x3 voies x 2 sens x 1 croisement = graoraofejvzoj ozjv ozjvn oz iiiiiiiiiiiiiiiii ttttttttuuuuuuuuut vaarrarrrrroumm

Les accidents sont donc évidemment très courants. Par chance je n’ai encore ni assisté ni eu moi-même d’accident. Je pense que c’est surtout par chance car en bonne parisienne que je suis, j’ai l’habitude de traverser quand et où je veux et de voir les voitures s’arrêter pour me laisser passer. Or, au Pérou, les piétons ne font pas la loi.

Le combi est donc légendaire, à tel point qu’il a depuis peu sa propre application sur Facebook, adaptation du jeu crazy taxi au moyen de locomotion privilégié des péruviens.

combiTestez l’application

En zone rurale, les combis sont des vans personnels, voire seulement des voitures, dans lesquels n’importe qui peut monter pour quelques soles et un peu d’amabilité!

 

Prendre le combi, c’est aussi se plonger dans un concentré très intense de Pérou (comme ce doit d’ailleurs l’être pour l’Équateur où l’on trouve également des combis).

– Du bruit, beaucoup de bruit entre la musique à fond (cumbia, raggaeton ou notre Indochina national), le criador qui annonce les grands axes desservis, fait monter les passagers, la rue et les autres voitures et récolte les sous. Car bien sûr on laisse les fenêtres ouvertes – si tant est qu’elles peuvent fermer – pour pouvoir respirer,

– Un ou plusieurs portraits du Christ et de saints, plus ou moins relookés. Le must: le Jésus qui clignote quand le combi freine! Une protection divine ne peut être qu’une aide pour conduire ces engins, surtout dans un pays assez religieux,

– Une déco personnalisée:Dragon Ball Z juxtant Jésus, des leviers de vitesse en forme de lombric (fabriqué à l’aide d’un tuyau d’aspirateur) et à embout à l’effigie de Jésus toujours. Le nom de la mère du chauffeur est souvent peint à l’arrière du combi et des sièges recyclés, cassés, rafistolés, penchés, branlants, sont vissés pour le « confort » de nos amis passagers.

 

L'utilisation du combi est déconseillée aux personnes de plus d'1.70m
L’utilisation du combi est déconseillée aux personnes de plus d’1.70m

Il suffit de quelques jours seulement pour s’habituer à ce moyen de transport insolite et exotique. L’adaptation est accélérée à l’idée de marcher, car les distances sont mine de rien impressionnantes (ne songez jamais à traverser Lima ou bien seulement un ou deux quartiers à pied, c’est folie!). Certes il reste le taxi, mais le combi est bien plus sûret bien plus intéressant!

Les infra-structures indiennes (1) : le système ferroviaire

À tout seigneur tout honneur.

Le système ferroviaire indien est LE moyen de transport longue distance (entendez qui permet de sortir d’une ville en toute sécurité) par excellence. Fort d’un réseau ferré de plus de 63 000 kms qui relit les principales villes indiennes, ce système est en fait indispensable à ce pays-continent compte tenu de la qualité des routes. C’est (encore) un service public aujourd’hui en Inde et il y a même un ministre attaché à sa gestion.

Le train (à vapeur), les gares, aux quais bondés sont probablement les premières images que l’on a à l’esprit en évoquant l’Inde. Comme partout dans ce pays, la réalité n’est ni semblable ni intégralement différente. Semblable car les gares sont indiennes (ça semble débile mais il n’ya pas d’autres mots). Slogan kitsch à souhait, grouillant de monde, long train dont on ne voit pas le bout, gentil bordel, tout ceci est vrai. Ce qui l’est moins: les trains ne sont pas à vapeurs, ce sont des sortes de « corrail », on ne monte pas sans billet. Hérité de l’empire britannique qui a préféré construire un réseau ferré (et pas par philanthropie)  plutôt que des écoles, le réseau ferré indien présente une vaste complexité et diversité. Des wagons « first class », similaires aux wagons-lits, à la classe la plus basse (la cour des miracles prend le train), on trouve de tout. Mais rassurez vous, les voyages sont longs (d’une nuit à plusieurs jours) et l’on a le temps d’observer son voisin. On ne meurt pas de faim dans ces trains, même en classe A3 ou en CC (les classes standards avec un minimum de confort : air climatisé et sièges genres corails d’il y a 30 ans), on vous apporte thé, café et déjeuner sur place.

Pour les sanitaires cependant on repassera 🙂 mais finalement c’est (un peu) inférieure à ceux qui étaient (dans mes souvenirs) ceux des anciens corrails des longs trajets avant leurs rénovations. Toilettes à « la Turque », odeur, et pas de papiers. mais on survit.

ps : summum de la modernité, il est même possible de réserver ses billets en ligne : http://www.indianrail.gov.in/

La route indienne

Routes et infrastructures indiennes :

Ce week-end nous sommes partis en week-end dans l’Himachal Pradesh, plus précisément à Dharamsala, plus connue pour être le refuge du gouvernement provisoire du Tibet. Pour partir dans cette destination lointaine (500 Km) nous avons décidé de nous aventurer dans le monde « terrible » des transports routiers en commun (les cars quoi !).

Pour vous donner une idée : 500km en car = 12 heures. Déjà ça calme. Ensuite il y a deux nouvelles épreuves : tout d’abord trouver le bus dans la gare routière gigantesque de Delhi (plus de 90 zones de départs, où les bus se garent). Non seulement les départs ne sont pas indiqués sur les panneaux, on ne voit pas d’employés, mais en plus la moitié des personnes présentes dans la gare sont en réalités des rabatteurs pour des compagnies de bus privées, qui vous font croire que votre bus est bien celui de la compagnie X et pas celui des services publics, et essaye de vous amener à l’office de son agence (petite cabane en bois) qui bordent la gare. Bon cependant cela reste des gens qui tentent (difficilement) de gagner leurs vies, et finalement, après leur avoir expliqué que l’on connaît déjà le bus à prendre mais que l’on ne sait pas où il se trouve, ces drôles d’employés vont indiquer le chemin, l’air (une peu) dépité.En tout cas on voit bien que le développement économique de l’Inde est un à l’image de cette gare : chaotique, sans réelles logiques, et qui peut, malgré la sympathie et la gentillesse de la population, se relever déroutante pour un occidental. En tout cas on note que le moindre interstice économique disponible est utilisée, quelle ironie quand on voit les écarts sociaux inacceptables  dans cette même population.

Le bus indien est, une fois trouvée, une expérience formidable. Les bus se divisent en différentes catégories : AC Deluxe (des bus semblables aux Européens), les Deluxe (bus européen des années 80 un peu défraîchis), les Semis Deluxe (à mon avis le meilleur rapport qualité prix, le type même du bus indien) et les bus Classic (alors là pour 15 heures, il ne vaut mieux pas). Ils desservent un nombre impressionnant de destinations pour des prix qui restent abordables même selon les standards indiens et qui permettent à beaucoup d’Indiens de bénéficier d’un service de qualité, ouvert à tous et qui désenclavent de nombreuses villes. Cependant les ombres au tableau sont nombreuses :

1° L’état des routes : la raison 1 de la durée du voyage : sur les autoroutes (immenses 3X2 voies) la vitesse moyenne ne peut dépasser les 75 Km/h, en effet ces autoroutes traversent les villes, les nids de poules sont jonchés tout au long du périple, le revêtement est mauvais, les véhicules traditionnels.

2°) Le manque de sécurité : au bout milieu de la nuit (nous sommes partis à 19H, arrivés le lendemain matin), réveil un peu dans le coma : sur 15 Km, des centaines de personnes qui sont sur la route, pour leur pèlerinage vers les sources du Gange, à vélo, à pied, en famille, les enfants seuls, alors que notre car roulait, un peu violemment (double où et quand il veut). Brrr. Un peu froid dans le dos.

3°) Les conditions de travail des conducteurs : 2/3 pour se relayer, payé une misère, 2/3 pauses, pour un voyage de 12H, certains (d’après le routard) son payés à l’heure et utilisent des dopants…

mais ne vous inquitez pas ce trajet est reconnu comme l’un des plus surs (car super utilisé)…

Nous avons quand même survécu et sommes bien arrivé à Mac Load Ganj, dernière réserve hyppie au monde à qui je consacrerai un prochain article